Les barrages

Barrage St-DidaceLe Barrage de St-Didace compte parmi une dizaine d’autres petits barrages qui ont été construits dans la municipalité. C’est ce qu’indique la liste des barrages publiée sur le site du Ministère du Développement durable, de l’Environnement et des Parcs (MDDEP). Certains d’entre eux sont connus, car on peut les observer à partir des voies publiques; c’est le cas du barrage qui forme le Lac Victoria ou le Lac Sévigny, tous deux situés le long de la route 349. Il y aussi un barrage à la sortie du Lac Rouge et un autre au Lac Californie.

Deux de ces barrages ont la capacité de retenir plus de 100 000 m³ d’eau, la capacité des autres étant de moins de 20 000 m³ d’eau. Construits pour la plupart durant les années soixante, ces barrages privés servent à des fins récréatives. La belle époque, diront certains : on pouvait se « creuser un lac » ou « se faire un barrage » sans avoir à demander un permis à la municipalité.

Mais le barrage sur la rivière Maskinongé est dans une catégorie à part. C’est un ouvrage qui appartient au gouvernement du Québec et qui est géré par le Centre d’expertise hydrique du Québec, une composante du MDDEP. Construit en 1977, ce barrage peut retenir plus de 26 millions de m³ d’eau. Érigé sur le site d’un autre barrage qui servait à fournir l’énergie à un moulin à scie, le barrage de St-Didace sert essentiellement à régulariser le niveau du Lac Maskinongé à des fins de villégiature.

Le barrage fait l’objet d’une surveillance constante pour assurer la sécurité des personnes et des biens, tant en amont qu’en aval. Les décisions concernant la gestion du barrage sont prises à partir de données sur les niveaux d’eau, sur le débit des rivières et sur les précipitations. Un système complexe achemine ces données automatiquement et vous pouvez en consulter quelques-unes sur le site du MDDEP. Les consignes pour l’opération du barrage (ouverture et fermeture des vannes) sont transmises à des employés contractuels qui habitent près du barrage (comme les employés de la municipalité).

Le barrage est géré en fonction du lac Maskinongé. L’été, le niveau est maintenu à la cote 142,65 m, et ce, afin de répondre aux besoins des villégiateurs. Durant cette période, le débit minimum évacué est d’au moins 2 m³/seconde. À l’automne, le niveau du lac Maskinongé est abaissé de 30 cm et est maintenu tout l’hiver à cette cote jusqu’à la vidange du printemps qui dure tout le mois de mars. Lors de la crue printanière, toutes les vannes du barrage sont ouvertes de sorte que la rivière coule naturellement.

Si la gestion du barrage suit des règles précises, plusieurs ont émis l’idée que cette façon de procéder contribuerait à l’érosion des berges de la rivière. D’autres déplorent que lors de la construction du barrage, on ait aussi dynamité les rochers qui obstruaient la rivière à quelques kilomètres du lac. D’ailleurs, l’organisme de bassin versant, AGIR Maskinongé, a inclus, dans son plan directeur de l’eau, la réévaluation de l’influence du barrage de St-Didace sur l’amont et l’aval de la rivière.

Le barrage a fait l’objet d’une vérification de sécurité en 2007. La prochaine est prévue en 2027. Le barrage est là pour rester… Autant en profiter en allant faire une promenade au beau petit parc La Promenade du Barrage juste à côté.

Normand Grégoire, Président de G.E.S.T.E.

Info supplémentaire: Niveau actuel de la rivière au barrage